Vous êtes ici

Carrières-sous-Poissy

Les élus réagissent à l'article d'un journal local et leurs propos contradictoires montrent un certain malaise devant cette situation.

A lire, en intégralité, sur le site de l'ASAEECC "Votre vie à Carrières" : ici

 

Pour ou contre le plaisir de l’habitude ? Pour ou contre l'A104 ? Pour ou contre Linky ? Pour ou contre la  déviation de la RD154 ? Pour ou contre le nucléaire ? Pour ou contre X Y ou Z …  Merci la polémique,  déplaçons la problématique combative vers une tentative de réconciliation des protagonistes : est-il possible ou non d’évoluer du conflit vers le consensus ?

Le 6 novembre, Christophe Delrieu, maire de Carrières-sous-Poissy, a organisé une réunion publique ayant pour thème « sécurisation des espaces naturels et accueil des gens du voyage ». En réalité, c'était un monologue ayant pour but de démontrer que les gens du voyage, qui débarquent sans crier gare dans la plaine, bénéficient d'un déséquilibre juridique dans les faits (ce qui est contesté par la Fédération nationale des associations solidaires d’action avec les Tsiganes et les Gens du voyage, FNASAT) et que ce problème récurrent de l'arrivée et de la gestion de ces itinérants appelle désormais des réponses concrètes.

Cela faisait six ans que  Pierre Cardo n'avait pas abordé des sujets liés à la politique locale ici au nord des Yvelines. Après son départ de la tête de l'ancienne Communauté d'Agglomération 2 Rives de Seine (CA2RS) et son travail à l'Autorité de régulation ferroviaire (AREF), il s'est occupé à ses hobbies et aux autres passions. Cependant, Pierre Cardo a voulu se rendre utile lorsqu'on l'a appelé, dans l'urgence, pour servir la communauté urbaine en tant que président du Conseil de développement. Le J2R l'a rencontré le 13 février au siège du journal. 

Début février, Alban Bernard, citoyen de Carrières-sous-Poissy, a découvert l'indicible : la décharge à ciel ouvert qui s'est développée depuis quelques années dans la plaine, zone interstitielle  entre Chanteloup-les-Vignes, Carrières-sous-Poissy et Triel-sur-Seine. Devant l'urgence sanitaire et environnementale, il a lancé une pétition à caractère national, qui a déjà atteint les 650 pétitionnaires et elle continue à grimper. Le J2R a rencontré l'initiateur de ce mouvement pour le réhabilitation de la plaine.  

Pétition : Ministre d'État, Ministre de la Transition écologie et solidaire: Mrs les élus : Sauvez la plaine de Carrières / Triel / 

Depuis une quinzaine de jours, l’Île-de-France connait un épisode pluvieux particulièrement spectaculaire, au cours duquel est tombé, au niveau régional, l’équivalent de 10 % d’une pluie annuelle. Ainsi,  le SIAAP a décidé, depuis le 24 janvier, de mobiliser sa cellule de crise. Cette dernière s’est réunie quotidiennement à 8 h, 12 h et 18 h.

 

Si on faisait la liste de tous les projets immobiliers sortis de l’imagination fertile de nos élus de tous niveaux rien que ces dix dernières années, il y a de quoi en attraper le tournis ! Dans la série "Les ahurissants", remontons par exemple en 2009, ils envisageaient très sérieusement de bâtir un circuit de formule 1 à Flins

Tout récemment, à peine mis hors jeu sur le projet de port industriel à Carrières-sous-Poissy, ils ressortent de leur musette un projet de port de plaisance enrobé d’habitats résidentiels dans la base de loisirs du Val de Seine. On l’avait presque oublié celui là. À force, ils se disent que dans le lot, il finira bien par en passer un !

La décision du tribunal administratif de Versailles a scellé la fin de ce vieux rêve technocratique d'un autre âge ! Cette victoire symbolise la ténacité des habitants qui se sont montrés efficace pour démontrer "l'inutilité publique" de cet ouvrage. Un rappel des faits politiques et des actes méritoires qui ont conduit à ce résultat.  (DERNIERE NOUVELLE : la préfecture des Yvelines a fait, le 22 janvier, appel de la décision du tribunal administratif de Versailles. Rebelote !)

Dans une ambiance glaciale et hivernale, le 8 janvier 2018, trois ans après son assassinat à Montrouge, la ville de Carrières-sous-Poissy a rendu un hommage solennel à la jeune policière municipale Clarissa Jean-Philippe. 

Samedi 20 janvier 2018 à 10 h, le 3ème Salon des auteurs de la bibliothèque de Triel-sur-Seine ouvrira ses portes à l’Espace Senet, salle Guy de Maupassant. Une belle occasion de rencontrer une vingtaine d’écrivains venus présenter leurs éditions et d’échanger avec ces auteurs qui ont la passion d'écrire et d'aller à la rencontre de leurs lecteurs.

A la suite d'un fait divers, un accident de la route, en juillet 1863, la presse de l'époque nous fait connaître l'actrice d'un théâtre parisien qui possédait alors le château d'Hardricourt.

Dans son message de vœux à tous les admirateurs d'Octave Mirbeau, le président de la Société Octave-Mirbeau (SOM), Pierre Michel, a tiré aussi un bilan de l'année 2017, centenaire de la disparition de cet écrivain français du XIXe siècle.

Une belle année 2018 et que tout l'espoir vous soit permis ! Voilà le message à tous nos lecteurs/internautes et à nos amis du Journal des Deux Rives.

Spécialiste de sociologie économique, Michel Callon dans un nouveau livre met à bas une idée convenue que partagent encore aujourd’hui une grande majorité d’économistes : l’offre et la demande seraient deux blocs homogènes qui se rencontreraient sur un marché et dont le croisement aboutirait mécaniquement à la formation d’un prix.  Il montre par l’observation empirique qu’il n’en est rien.

Le 13, le 14 et le 15 décembre, la société Octave Mirbeau et l’université de Chicago ont organisé un colloque international dans le cadre de l’année du centenaire de la mort d’Octave Mirbeau (1917-2017). Les participants sont venus de plusieurs pays ; entre les présentations, il était possible d'entendre de très nombreuses langues dans le couloir : espagnol, anglais, roumain et allemand, pour n’en citer que quelques unes.    

 

Pages

Publicité