Vous êtes ici

Nécrologie

Hommage à Claude Loiseau

Par : 
Rodrigo Acosta

Les membres du comité de rédaction du Journal des Deux Rives sont en deuil. Claude Loiseau est décédé le 18 juin. Les obsèques auront lieu le 25 juin à 11h00 au cimetière communal.

Un précurseur, c'est le mot qui me vient quand je pense à Claude Loiseau, mort le 18 juin. "Loiseau est mort, vive Loiseau !" a été le premier hommage de la part d'une personne qui avait également bataillé pour des causes comme la biodiversité, le respect de la terre agricole et de la justice foncière et immobilière... Pierre Cardo, ancien député-maire des Yvelines, s'est souvenu de son exigence et de son travail de terrain qui avait permis de défricher des sentiers nouveaux dans l'environnement. Claude était un bénévole avec une expertise formidable qui marqua son temps.
 
Derrière son air placide, Claude était un homme de conviction et très déterminé devant des élus et des acteurs qui voulaient à tout prix bétonner la plaine de Chanteloup, Carrières-sous-Poissy et Triel-sur-Seine. Pour lui, le combat écologique n'avait pas de frontière communale. Il avait co-fondé le C.O.PRA 184 qui s'oppose à la construction de l'autoroute en milieu urbain. Il avait prodigué ses conseils aux Andrésiens, aux Carrièrois et à tous les habitants qui se battaient pour l'écologie. A Andrésy, il avait été déterminant pour gagner la consultation contre le bétonnage des coteaux de l'Hautil ; il avait participé à plusieurs débats pour la prise en compte de l'écologie dans l'urbanisme futur à Triel. Il avait plaidé pour un aménagement écologique de la plaine. Bénévole, il avait été l'instrument sur le terrain de France Environnement à l'echelle de la Région Île-de-France pour devenir vice-président depuis quelques années.
 
Claude avait conceptualisé la fin du bétonnage à la papa avec "Construire, oui, mais pas n'importe où et pas n'importe comment !" Il avait sorti des cartons jaunes à certains élus de la Communauté d'agglomération 2 Rives de Seine. Pierre Cardo a ajouté que Loiseau "s'était parfois méfié du politique... à tort !". Il avait contribué au Journal des Deux Rives avec des articles et des tribunes pertinentes.  Enfin, sur le plan personnel, Claude aimait une bonne table et surtout le vin rouge. Le J2R perd avec lui un de ses premiers soutiens, mais ses idées et son combat resteront pour la postérité. Vive la biodiversité avec Loiseau ! A chaque fois que je verrai des coquelicots entre Triel et Chanteloup-les-Vignes, je sentirai son âme rôder entre la Seine et l'Hautil, sa terre d'adoption.
 

Le CO.P.R.A. lui rend aussi hommage !

 

En cette triste journée du 25 juin 2019, nous sommes tous rassemblés, ici, dans le cimetière de Chanteloup-les-Vignes, pour rendre hommage à Claude Loiseau.

Qui était Claude Loiseau 

Certains d’entre nous l’avons connu à la création de notre collectif CO.P.R.A. 184, en 1991. Cela fait donc assez longtemps… 28 ans déjà… Mais d’autres le connaissent depuis beaucoup plus longtemps : les années 80, voire même les années 70, dans le cadre des activités d’associations locales de sauvegarde de l’environnement.

Claude, tu étais, en effet, le président du « Comité de Sauvegarde de Chanteloup-les-Vignes » dont tu nous parlais, parfois, car tu avais très à cœur de vouloir protéger le patrimoine local de ta ville mais également des bourgades voisines (Bâtiments anciens, vieux murs, mais surtout arbres remarquables et terres agricoles que tu défendais avec férocité et pugnacité).

Dans ce cadre associatif, tu avais rédigé un petit journal intitulé « Le Chant du Loup ».

Tu faisais également partie d’autres associations et collectifs :

  • FNE-IDF (France Nature Environnement, section Île-de-France). Dans ce cadre, tu participais à de nombreuses réunions thématiques liées à l’agriculture, à la défense des terres agricoles (qui sont toujours très recherchées par les promoteurs pour densifier l’urbanisation ou installer de gigantesques centres commerciaux), à la défense des forêts et de la biodiversité. Tu luttais également contre la pollution de l’air.
  • FNAUT (Fédération Nationale des Associations des Usagers des Transports) : tu étais très présent au sein des réunions de travail dans le but de développer les transports en commun dont tu étais un fervent défenseur.
  • CAPESA (Collectif d’associations de Protection de l’Environnement de la Seine) …

Au sein de notre collectif CO.P.R.A. 184, tu étais président du Comité COPRA de Chanteloup-les-Vignes depuis 2006, c’est-à-dire depuis 13 ans.

 

Tu étais très assidu aux activités de notre collectif, en participant à toutes les réunions mensuelles de notre Bureau, ainsi qu’aux réunions du Conseil d’administration et aux assemblées générales.

Tu participais également à toutes les manifestations et conférences de presse organisées depuis 28 ans.

Tu étais un membre actif, passionné par ce que tu faisais et ayant à cœur, dans tous les cas qui se présentaient, de défendre l’intérêt commun contre les intérêts particuliers.

Ton engagement était sans faille et d’une moralité exemplaire.

 

Tu dénonçais tous les « projets inutiles » dans les domaines de l’environnement, de l’agriculture et des transports, dont les raisons d’être ne te paraissaient pas valables car souvent poussés par des lobbies financiers.  

Pour nous, tu étais d’une aide précieuse car, grâce à tes appartenances associatives diverses, tu nous permettais souvent d’élargir les débats, à partir du local, vers le régional et même vers le national.

Tes « questions diverses » très pertinentes dont tu nous faisais part, à la fin de nos réunions de bureau, permettaient d’enrichir nos réflexions, de manière significative et d’avoir une vue plus globale de l’ensemble des projets, sur notre secteur et sur la région.

Etant donné que le maniement de l’ordinateur n’était pas ton point fort, c’est avec beaucoup de fougue et de détermination que tu rédigeais, à la main, de nombreuses pages de textes, bien argumentées et donc très précieuses.

Claude, tu étais quelqu’un de très attachant et d’une extrême gentillesse, quelqu’un de passionné qui ne ménageait jamais sa peine, toujours prêt à s’investir dans une bonne cause et à se déplacer pour assister à une réunion, même éloignée, car tu étais toujours porté par la hargne constante de défendre l’environnement, au sens le plus large et le plus noble du terme et la santé, ainsi que le développement de transports en commun très modernes, dans le seul but d’améliorer la vie des habitants.

Claude, tu as été, durant toute ta vie, une « FIGURE du milieu associatif ».

Tu as défendu, de manière constante, et cela, jusqu’à la fin, toutes les causes que tu estimais justes, dans le domaine environnemental.

Claude, ta détermination sans faille que nous avons appréciée, pendant tant d’années, ne nous quittera jamais et tu resteras toujours présent dans nos esprits.

 

Nous présentons nos très sincères condoléances à ta compagne, Claire, et à toute ta famille.

Le 25 juin 2019

Christiane PARAVY

Présidente du CO.P.R.A. 184

Au nom du Bureau Exécutif et du Conseil d’Administration.

 
 
Publicité