Vous êtes ici

Vie municipale

Rififi à Vernouillet : la majorité demande la démission du maire !

Par : 
Rodrigo Acosta et correspondants

Dans un tract, bientôt diffusé à la population, quinze membres de la majorité municipale (15 sur 29 y compris l'opposition) demandent la démission du maire, Pascal Collado (DVD). 

Dans un document recto-verso au format A4, Jean-Yves Denis, adjoint aux finances et porte-parole de la majorité municipale frondeuse, explique les raisons de la scission entre les 15 et les autres membres de la majorité. Ce n'est pas la fusion des écoles ni les divergences de fond sur les orientations politiques et sur les projets mais une question de personnalité et de gouvernance : "Nous avons alerté, à plusieurs reprises, de ces dysfonctionnements que nous jugeons critiques. Nous avons connu des épisodes critiques tout au long du mandat, et nous avons toujours cherché le compromis. Mais en fin d’année 2018 à la veille des congés la crise que nous avons traversée était d’une violence sans précédent. Nous avons tout tenté pour restaurer le dialogue, avec bienveillance, mais en vain."

Suite au courrier envoyé, le 26 janvier 2019, au maire, Pascal Collado, et au préfet des Yvelines, le maire aurait dû convoquer le conseil municpal pour une réunion extraordinaire à propos de cette scission au sein de la majorité. Cependant, le maire dispose d'atouts, notamment dans l'ordre du jour et l'impossibilité aux élus de le démettre de ses fonctions : "Bien que majoritaires, nous n’avons pas le pouvoir de retirer au Maire sa fonction. C’est à lui seul qu’il revient maintenant de décider de présenter sa démission ou non. Il peut choisir de démissionner de sa fonction de Maire seulement, ou de l’ensemble de ses mandats, ou encore choisir au contraire de rester Maire bien que privé de pouvoirs." 

Comment va fonctionner la municipalité si le maire n’a plus de pouvoirs ? "Nous souhaitons que le Maire préserve l'intérêt des agents de la Mairie et plus largement de notre ville, en démissionnant de sa fonction. Toute autre option de sa part se ferait au détriment de notre collectivité. Force est de constater qu'il n'a su préserver des conditions de travail sereines au sein de l'équipe de collaborateurs de la commune et qu'il n'a pu assurer une gouvernance transparente aux côtés des élus."

 

Le trombinoscope des frondeurs

 

 

Publicité