Vous êtes ici

Transition énergétique

Un zéro pointé pour la communauté urbaine GPS&O sur l'environnement, selon une partie de ses élus

Par: 
ISO et CTSE

Le Groupe Indépendants Seine et Oise (ISO) et le Groupe Citoyens pour un Territoire Solidaire et Ecologique (CTSE) ont publié un texte commun relatif au zéro pointé qu'ils adressent à la Communauté urbaine Grand Paris Seine & Oise (GPS&O) sur les sujets relatifs à l'environnement. Voici leur tribune.

Les vœux de la communauté urbaine à Mantes-la-Jolie, le 30 janvier 2019 à 18 h, vont être le cadre de discussions et d'échanges sur ce texte.

Sur les sujets environnementaux, GPS&O mérite un zéro pointé ! Pour les EPCI comme Grand Paris Seine & Oise, le législateur a prévu que le Plan Climat-Air-Energie Territorial (PCAET) doit être adopté par le conseil communautaire au plus tard le 31 décembre prochain. Ce PCAET comprend un diagnostic, une stratégie territoriale, un programme d’actions et un dispositif de suivi et d’évaluation. Dans les Yvelines, pour ne citer que notre département, les communautés d’agglomération se sont déjà engagées dans la réalisation de leur PCAET. Ainsi, la CA Saint-Germain Boucles de Seine a délibéré en septembre dernier en approuvant les modalités de son élaboration, en recourant au marché à bons de commandes passé avec le SIPPEREC. Plus au Sud, la CA Saint-Quentin-en-Yvelines est plus en avance car elle a présenté son PCAET, le 11 décembre dernier, et a souhaité y associer les habitants via la création d’une plate-forme en ligne, baptisée Esqymo (Eco-laboratoire saint-quentinois de mobilisation et d’observation). Du côté de Grand Paris Seine & Oise, depuis sa création, il y a bientôt 3 ans, les groupes Indépendants Seine & Oise (ISO) et Citoyens pour un Territoire Solidaire et Ecologique (CTSE) interpellent régulièrement le président Philippe Tautou et le vice-président concerné Eric Roulot sur ces questions sans que cela soit suivi d’effet ou presque. En effet, les seuls éléments notables sont un marché de 60 000 euros, signé en mars 2017 pour la réalisation du PCAET, et  quelques réunions de travail organisées jusqu’en février 2018 ; depuis, GPS&O reste bien silencieuse alors qu’il avait été annoncé en Conférence des maires que le PCAET devait faire l’objet d’une validation formelle, au plus tard, lors du conseil communautaire du 13 décembre 2018. Pire, il n’y a plus personne à la communauté urbaine pour suivre ce projet jusqu’à son terme puisque la Direction de l’Environnement (7 personnes) a été supprimée à l’automne : plus de service, pas de mode projet et aucune concertation. Un collectif d’associations et d’habitants a également tenté, en vain, de rencontrer le vice-président délégué à l’environnement à ce sujet.

Les autres sujets environnementaux sont laissés à l’abandon. L’absence de PCAET se fait cruellement sentir quand on lit le Plan local d’urbanisme intercommunal (PLUi), dont le premier arrêt a été voté le 11 décembre dernier. Il est loin d’être à la hauteur des enjeux sociaux et environnementaux. Il va même à l’encontre de ces enjeux avec le maintien, malgré l’avis défavorable d’une majorité d’élus communautaires, du projet de carrière cimentière à Brueil-en-Vexin. Dans le domaine des mobilités, le constat est le même. Au mois de juin dernier, le Gouvernement a lancé un Plan de déploiement de l’hydrogène pour la transition énergétique. Pourquoi ne pas saisir l’occasion de faire évoluer notre flotte de véhicule vers des voitures sans émission de polluants ni de CO2 ? Pourquoi ne pas travailler également ce sujet avec la Région s’agissant des bus qui desservent nos communes ? La rénovation énergétique, la qualité de l’air, l’adaptation aux enjeux climatiques et l’alimentaire sont également des enjeux qui, en contribuant à diminuer la production de gaz à effet de serre et la consommation d’énergie globale, permettent d’améliorer la qualité de vie, la résilience du territoire aux risques et la création d’emplois. Sur ces sujets stratégiques, qui dépassent les clivages politiques tant ils concernent tous nos habitants, le Conseil de développement (CODEV), très tardivement installé par GPS&O, aurait dû être saisi afin d’apporter ses conseils avisés mais il n’en est rien. Il y a de cela 3 ans, la Communauté d’agglomération de Mantes-en-Yvelines et celle de Seine & Vexin avaient lancé les premières Assises de la transition énergétique, aux Mureaux, en réunissant, dans un même lieu, collectivités publiques, entreprises, industriels et universités, afin d’imaginer ensemble les contours de l’avenir de notre bien commun, pour parvenir à une transition énergétique durable et efficace. Mais, les actes de cette journée, comme bien d’autres dossiers et projets initiés par les anciens EPCI existants avant la fusion, ont été jetés aux oubliettes par l’exécutif de GPS&O. Le Groupe Indépendants Seine & Oise (ISO) et le Groupe Citoyens pour un Territoire Solidaire et Ecologique (CTSE) estiment que la Communauté urbaine Grand Paris Seine & Oise mérite sur ces sujets d’environnement un zéro pointé !

Publicité