Vous êtes ici

Pauvreté

Selon le Secours Catholique-Caritas France, la précarité des femmes est préoccupante dans les Yvelines

Par : 
Rodrigo Acosta et correspondants
Le Secours Catholique Caritas France a publié,  le 9 novembre, son rapport statistique annuel sur la pauvreté en France. Quant aux Yvelines, il est à noter une augmentation préoccupante de la précarité des femmes. "Ouvrons les yeux", a expliqué Patrick Evain du Secours Catholique.
Le Secours Catholique Caritas France a publié, le 9 novembre, l’édition annuelle de son rapport statistique sur l’état de la pauvreté en France. Dans les Yvelines, les femmes sont présentes dans 70 % des situations rencontrées dans les accueils du Secours Catholique en 2017. Les deux tiers d’entre elles vivent seules et 80 % d’entre elles ont des enfants. Signe de la plus grande exposition des femmes aux accidents de la vie (séparation, veuvage, perte de logement ou d’emploi...), les « mères isolées » forment la catégorie la plus nombreuse (28,6 %) des personnes accueillies, la plupart vivant sous le seuil de pauvreté.
 

Au plan national la pauvreté s'accroît

Les femmes représentent 56,1 % des adultes rencontrés. Cette proportion est supérieure à celle observée dans la population générale française, traduisant une plus grande fragilité relative des femmes par rapport aux hommes. Parmi les femmes de nationalité française rencontrées, 40 % sont des mères isolées, tandis que 30 % sont des femmes seules.
 
Le rapport national relève une grande précarité des familles monoparentales, dont les femmes sont le plus souvent les référentes. Près de 4 femmes sur 5 âgées de moins de 40 ans vivent au sein de familles avec enfants. La moitié d’entre elles sont des mères isolées. L’extrême pauvreté touche ainsi des familles entières, dont les enfants sont, en moyenne, plus nombreux et plus jeunes que dans la population générale. Plus de la moitié des enfants au sein des familles rencontrées ont moins de 10 ans.
 

Les yvelines se précarise

Plus particulièrement, dans les Yvelines, la pauvreté a aussi augmenté notamment dans les familles monoparentales. Plus criante est la situation dans le cas des réfugiés, où l'on voit que l'afflux récent a saturé les services sociaux. Cette pauvreté se concentre dans les communes du Mantois mais aussi dans les petites communes telle Meulan-en-Yvelines. Ce qui ressort de l'analyse du Secours Catholique est que la descente vers la pauvreté est la conséquence d'un accident de vie (séparation conjugale ou rupture familiale), notamment chez les personnes du groupe de 25 à 45 ans ayant en charge des enfants. 
Ce qui est frappant aussi est l'évolution géographique de la pauvreté dans les Yvelines : la pauvreté était concentrée dans certaines villes (Trappes, Chanteloup-les-Vignes, Les Mureaux) pour se propager dans l'ensemble du département. La pauvreté s'est répandue vers les zones rurales et urbaines. 
 
En somme, ce fléau de société exige un plan de lutte contre la pauvreté plus important à la hauteur des enjeux. Le Secours Catholique au niveau national demande une augmentation de moyens. Cependant, au niveau local, les responsables du Secours Catholique demandent aux habitants "d'ouvrir les yeux" et d'être sensibles et solidaires envers les personnes dans la grande précarité.  Cela signifie que le partage et la fraternité devraient être non seulement des idées mais des actes !
 
 
A propos du rapport statistique
Le rapport statistique national annuel du Secours Catholique est basé sur 86 275 fiches statistiques renseignées en 2017 lors des rencontres avec les personnes que l’association accueille. Il permet de prendre la mesure des facteurs de pauvreté touchant les personnes précaires et de voir les évolutions de leurs situations en France. Une vidéo de synthèse en donne les principales tendances.
 
A propos du Secours Catholique
Dans les Yvelines, plus de 2000 bénévoles et 12 salariés répartis dans 60 équipes locales rencontrent, accueillent et accompagnent chaque année 27 000 personnes en situation de précarité ou de pauvreté, soit plus de 10 000 familles ou personnes isolées. Environ 13 000 donateurs yvelinois soutiennent actuellement financièrement le Secours Catholique et plusieurs milliers d’autres par des dons particuliers en nature. En France, 1 362 700 personnes ont été accueillies et soutenues en 2017 grâce à un réseau de 3500 équipes locales (France métropolitaine et outre-mer), 68 200 bénévoles et 935 salariés.
Publicité